0635385726

Mon avocat est corrompu par la partie adverse, que faire ?

Beaucoup de clients ont le sentiment que leur avocat serait corrompu par la partie adverse, soit parce qu’ils n’ont pas obtenu de jugement en leur faveur soit parce qu’ils voient leur avocat saluer amicalement l’avocat adverse lors de l’audience.

avocat-corrompu-par-la-partie-adverse

1- L’avocat est soumis à une déontologie rigoureuse

L’Avocat est soumis à une déontologie stricte et à plusieurs obligations morales. Ainsi, l’avocat est-il notamment soumis à une obligation de dignité, d’indépendance, de loyauté et de dévouement. Ces devoirs impliquent la nécessité pour l’avocat de défendre les intérêts de son client en toutes circonstances.

Parfois, le client peut avoir l’impression que son avocat ne l’a pas suffisamment bien représenté, et que la décision obtenue par le tribunal n’a pas été en sa faveur par sa faute. La prétention selon laquelle l’avocat serait corrompu par la partie adverse, soit directement, soit indirectement, est une prétention grave qui doit être fondée sur des éléments de preuves identifiés et précis. Le simple fait de voir son avocat « copiner » avec l’avocat adverse ne signifie pas que celui-ci est corrompu ou véreux et les avocats entretiennent entre eux des relations confraternelles et parfois mêmes amicales, sans que cela n’influe sur son dévouement à l’égard de son client.

2- L’avocat corrompu par la partie adverse encourt des sanctions civiles et déontologiques

Toutefois, en présence de preuves identifiées (témoignages, preuves de paiement), l’avocat qui serait corrompu par la partie adverse encourt à la fois l’engagement de sa responsabilité civile professionnelle à l’égard de son client, ainsi que des sanctions déontologiques fortes pouvant aller jusqu’à la radiation. L’engagement de la responsabilité civile de l’avocat pourra entraîner son obligation de verser à son ancien client des dommages et intérêts à la hauteur du préjudice qu’il a subi.

Et il faudra pour cela saisir le tribunal judiciaire du lieu d’exercice de l’avocat, ou un tribunal judiciaire limitrophe (conformément à l’article 47 du code de procédure civile) à l’aide d’un autre avocat qui vous représentera contre votre ancien avocat. Le préjudice subi par le client serait notamment constitué par la perte de chance d’obtenir une décision plus favorable si l’avocat n’avait pas été corrompu par la partie adverse et avait défendu son client avec indépendance et loyauté.

Avant d’envisager toute réclamation à l’égard de votre avocat que vous pensez corrompu, n’hésitez pas à solliciter l’assistance d’un autre avocat.

 

Revenir en haut