0635385726

Un plan type pour la note de synthèse du CRFPA ? La bonne méthode ?

plan-type-note-de-synthèse-crfpa

Source image : correction-crfpa.fr

Beaucoup d’étudiants sont à la recherche d’un « plan type pour la note de synthèse du CRFPA ». Si vous aussi vous êtes à la recherche de ces « plans types », ce que vous n’avez pas la bonne méthode… En effet, chercher à faire un « plan type » n’est pas la bonne stratégie.

 

1- Le plan type en note de synthèse : la mauvaise méthode

plan-type-note-de-synthèse-crfpa-methode

La note de synthèse est l’épreuve la plus importante du CRFPA (centre régional de formation professionnelle d’avocats) permettant l’accès à l’école d’avocats, également appelé (faussement) par certains « concours d’avocats ».

La note de synthèse est un exercice difficile et méthodique, généralement composé de trois étapes :

  • Lecture des documents et brouillon
  • Construction du plan
  • Rédaction de la note.

De nombreux étudiants ont tendance à ne pas respecter ces trois étapes, et cherchent à élaborer un plan avant même d’avoir terminé la première étape de lecture de tous les documents. Ainsi, ils cherchent, à la lecture des titres des documents (lecture du sommaire), et de certains documents, à trouver des « blocs » et à élaborer à partir de cela un plan, qui pourrait s’apparenter à un « plan type ».

Il s’agit d’une méthode dangereuse et fortement déconseillée. Car il existe une multitude de « plans » possibles, et il y a de fortes chances que le plan type que vous connaissez ne soit pas adapté au sujet. Il en résultera dans la plupart des cas des devoirs superficiels et qui ne collent pas aux documents qui vous sont soumis. La note peut se révéler catastrophique.

2- Atténuation du propos : connaître les dichotomies juridiques classiques

Sans vouloir à tout prix construire sa note de synthèse autour d’un plan type, il est évidemment important de connaître les dichotomies juridiques classiques, que tout étudiant en droit et candidat au CRFPA est censé connaître.

Exemples :

  • principe / exception
  • notion / régime
  • conditions / effets
  • droit interne / droit européen ou droit international
  • droit civil / droit pénal, droit commercial, ou droit public
  • la loi / la jurisprudence
  • interdiction / encadrement

Chacun connaît ces distinctions classiques générales. Néanmoins il ne faudra les utiliser que si elles sont adaptées à votre sujet. Chercher absolument à appliquer l’une ou l’autre de ces distinctions est une erreur.

3- La bonne méthode : appliquer des dichotomies thématiques !

La bonne méthode consiste à chercher les dichotomies I/II, A/B, 1/2 thématiques, c’est-à-dire qui collent au sujet ! Par exemple, si vous avez une note de synthèse relative à « la nullité du contrat », il se peut que vous puissiez utiliser dans votre copie des distinctions telles que :

  • la nullité absolue / la nullité relative
  • la nullité conventionnelle / la nullité judiciaire
  • la nullité invoquée par voie d’action / la nullité invoquée par voie d’exception.

Il est évident que ces intitulés sont plus pertinents que ceux que vous pourraient trouver au sein d’un « plan type ! ». Il est en outre impossible de connaître toutes les dichotomies thématiques pouvant exister dans tous les domaines du droit.

Cliquez-ici pour accéder à une proposition de corrigé de la note de synthèse du CRFPA 2020.

Le meilleur conseil est donc d’éviter les plans types sauf dans le cas exceptionnel où cela s’y prête, et de suivre une méthode logique, efficace, en « collant au sujet » : lecture et brouillon – construction de plan – rédaction définitive.

Pour tout cours particulier de méthodologie en note de synthèse, n’hésitez pas à écrire à l’adresse : contact@cohen-boulakia-avocat.fr .

 

Revenir en haut